Whole-Hearted Healing

Accueil - Whole-Hearted Healing

Whole-Hearted Healing®

Whole-Hearted Healing est le nom de la technique de résolution des traumatismes développé par Grant McFetridge pour traiter les symptômes de stress post-traumatique. C’est une technique simple basée sur la régression, qui n’utilise pas d’hypnose ou d’état modifié de conscience, et peut-être pratiqué avec un thérapeute ou sur soi-même.

WHH a été développé dans les années 90 pour guérir les traumatismes de toute forme, et permettre d’accéder facilement aux mémoires pré-natales. Cette technique reste notre principal outil d’investigation pour explorer les causes profondes des maladies mentales et psychobiologique, ainsi que pour la recherche sur les états de conscience extraordinaires (peak states).

Qu’est-ce que la régression ?

Lorsque nous vivons une émotion difficile ou un problème psychologique dans le présent, il se trouve que la cause est toujours un écho du passé. Bien qu’il nous paraisse « normal » de réagir émotionnellement dans certaines situations, en vérité notre cerveau émotionnel a été « activé » en rapport avec une mémoire plus ancienne de situation similaire déclenchant la même réaction.

En fait, il se trouve que presque tous nos problèmes psychologiques trouvent leurs racines dans ces souvenirs traumatiques, parfois oubliés ou refoulés. Le lien n’est parfois pas évident d’un point de vue rationnel, et le but d’une recherche thérapeutique peut être de découvrir ce lien, et l’impact de nos plus anciens traumatismes sur notre corps et notre esprit.

On appelle donc « régression » une technique permettant de retourner dans le passé pour découvrir l’origine de nos symptômes. Le principe de régression est un des plus anciens utilisés par de nombreuses formes de thérapie et de théories psychologiques. Au XIXè siècle par exemple, la régression était employée (souvent sous hypnose) afin de produire une catharsis, un relâchement brusque et libérateur de tensions psychiques inconscientes.

Plusieurs formes de thérapies emploient la régression de manière directe ou indirecte. La régression directe peut être vécue de manière associée, ce qui correspond à revivre l’expérience d’origine, ou de manière dissociée, ce qui correspond à un travail sur la structure du souvenir. L’hypnothérapie, notamment, propose plusieurs manières de travailler en régression associée, dissociée, ou indirecte.

Whole-Hearted Healing est une technique basée entièrement sur la régression directe. Il s’agit donc de revenir au premier souvenir traumatique, et de revivre ces événements difficiles. WHH est particulièrement puissante parce qu’elle permet non seulement d’accéder aux souvenirs oubliés de l’enfance, mais aussi aux mémoires cellulaires pré-natales. Il se trouve que la plupart des traumatismes d’origines sont apparus avant notre naissance, lors de notre développement biologique.

Ensuite, WHH permet de « guérir » ou « retraiter » le traumatisme afin d’en éliminer totalement les symptômes. Le traitement est rapide, généralement autour de 30 minutes.

Comment fonctionne Whole-Hearted Healing ?

Whole-Hearted Healing est basé sur la régression au premier traumatisme  contenant la même information traumatique que le problème que l’on souhaite traiter. Par exemple, si on souhaite traiter une phobie des serpents, on pratiquera la régression au tout premier moment où cette phobie est apparue.

Cette technique de régression n’utilise pas d’état d’hypnose ou d’équivalent, mais peut être pratiquée à partir d’un état de conscience normal. Elle se base sur les sensations physiques et le fonctionnement de la mémoire corporel pour accéder à l’origine du problème.

Cette forme de régression est basée sur la reconnaissance du fonctionnement des piles de traumatismes. Pour faire simple, chaque traumatisme est empilé sur un traumatisme précédent, comprenant exactement la même expérience (la même émotion).

Par exemple, une émotion de trac et d’incapacité à s’exprimer en réunion au travail peut mener à un souvenir d’enfance de peur de s’exprimer devant sa classe, menant ensuite à un souvenir d’être négligé en tant que bébé ne pouvant s’exprimer, menant ensuite à une mémoire pré-natale.

Ainsi, la régression est basée sur le fait d’enlever l’événement le plus ancien de la pile, ce qui élimine toute la pile. Ce principe est largement accepté en thérapie des traumatismes, mais les expériences pré-natales sont souvent négligées.

Comparaison avec d’autres formes de thérapie des traumatismes

Bien que WHH soit une technique extrêmement efficace, il est tout à fait intéressant de comprendre ses avantages et faiblesses par rapport à d’autres techniques. En réalité, des techniques comme l’EFT ou la TAT peuvent être plus faciles à utiliser, et nous recommandons souvent de les utiliser d’abord.

WHH est basée sur la régression, ce qui demande de revenir à des souvenirs difficiles. Ensuite, il s’agit de régression associée, c’est-à-dire que l’on revient dans le souvenir comme si on le revivait à nouveau. C’est donc une technique plus difficile et exigeante.

Les techniques basées sur les méridiens, comme l’EFT, sont plus faciles à employer car elles peuvent utiliser une régression dissociée. Elles sont donc généralement plus confortable, bien qu’au final, il soit souvent nécessaire de revivre le souvenir en associé, ce qui est facilité parce que la charge traumatique a d’abord été amoindrie.

WHH tire son origine de principes connus en thérapie psycho-corporelles, basées sur les ressentis physiques et les tensions musculaires. Dans ces thérapies, on se base sur le dévoilement de tensions physiques enfouies pour faire ressortir l’émotion et provoquer une libération psychologique et corporelle.

WHH est souvent efficaces là où d’autres thérapies ont échoués. Elle reste donc un outil de choix, malgré sa difficulté supplémentaire. En pratique, les thérapeutes utilisant cette technique sont capables de garantir leurs résultats, ce qui est inégalé dans le reste de la profession.

WHH se base aussi sur la compréhension des différents types de traumatismes et de nombreuses formes variantes de conditions psychobiologiques, telles que vortex, core traumas, copies, cordage, etc…

Whole-Hearted Healing et Peak States

Nous utilisons Whole-Hearted Healing en tant que technique de premier choix pour l’acquisition d’états de conscience extraordinaires, ainsi que pour la recherche fondamentale dans ce domaine. Il s’agit de la technique la plus efficace dans ce domaine.

L’acquisition de peak states requiert la régression à des événements de développement biologiques prénataux spécifiques, ce que permet WHH. En pratique, un thérapeute doit comprendre comment cela fonctionne, mais peut ensuite utiliser une autre technique (comme l’EFT) s’il le juge adéquat.

Un phénomène intéressant est que, plus une personne acquiert de peak states, plus WHH est facile à utiliser, rapide, et d’une efficacité redoutable. C’est sur cet outil que les thérapeutes les plus avancés se basent pour dériver des techniques plus poussées et puissantes, afin d’agir sur des domaines plus profonds dans lesquels des techniques comme l’EFT deviennent inefficaces.

WHH et maladies physiques

Notre recherche suggère fortement qu’une grande majorité de maladies psychologiques et physiques trouvent leur origine dans des dommages épigénétiques liés au développement biologique pré-natal. Par exemple, un traumatisme impactant les premières cellules qui deviendront le cerveau peut inhiber sa capacité de plasticité ou de résilience. Notre processus de réparation du cerveau est un exemple.

Certains problèmes sont parfois générés de manière directe par un traumatisme pré-natal. C’est souvent le cas pour des émotions simples (peur, colère, tristesse, etc…). Les maladies plus complexes sont causées de manières indirectes par des traumatismes. Il est donc très difficile de trouver leur origine.

C’est le cas, par exemple, du processus de Silence Mental pour l’élimination des voix schizophréniques. Les voix schizophréniques ne sont pas causées directement par un traumatisme. Leur origine tient à un événement de développement du cerveau pendant lequel celui-ci doit éliminer une matière toxique à l’aide d’une enzyme. Ce processus est très souvent incomplet ou inefficace, et le cerveau associe la présence de matériel toxique comme étant normal. Ceci est interprété plus tard par le cerveau qui associe les voix à la normalité. Une démonstration est que chaque voix est liée à une émotion précise. Elles peuvent être éliminées une à la fois avec notre technique des associations corporelles, ou toutes ensembles avec le Silence Mental. Il est en revanche impossible de régresser à partir de l’émotion d’une voix, car elles ne proviennent pas d’une pile de traumatisme.

Whole-Hearted Healing et psychothérapie

C’est avant tout en psychothérapie que vous expérimenterez notre technique car elle y trouve de très nombreuses applications. Elle réussit souvent là où d’autres thérapies ont échoué, et nous garantissons nos résultats.

La plupart des souffrances humaines les plus communes sont directement liées à des traumatismes. Même si l’esprit conscient ne fait pas le lien. Celui-ci se trouve généralement dans la logique instinctive, reptilienne, du cerveau-corps.

Il est possible d’éliminer quasiment toutes les émotions négatives en utilisant WHH et ses techniques complémentaires.

Apprendre Whole-Hearted Healing

C’est une technique simple à apprendre. La difficulté dépend de votre capacité à revenir dans un souvenir traumatique et supporter la souffrance de manière temporaire. WHH est facilement combinable avec toute autre forme de thérapie des traumatismes. Il est conseillé de l’expérimenter d’abord avec un thérapeute compétent.

Il est possible d’apprendre WHH dans le livre (paru en 2004) de Grant McFetridge : The Basic Whole-Hearted Healing Manual. Ce manuel pratique enseigne la technique basique, et donne des informations sur les situations spéciales, bien que ces connaissances soient aujourd’hui largement dépassées.

Un second ouvrage, The Whole-Hearted Healing Workbook (paru en 2013) de Paula Courteau apporte une mise à jour sur la technique basique, et enseigne comment en faire une utilisation personnelle. Le livre enseigne aussi la technique des projections de Courteau, une technique très utile pour résoudre les problèmes interpersonnels et améliorer la fusion des cerveaux.

Ces deux ouvrages sont en anglais uniquement.

La technique se base de WHH est également enseignée sur cette page.

Formation

A cause de son application dans le domaine des traumatismes, Whole-Hearted Healing forme la colonne vertébrale de notre formation pour thérapeutes. Elle est totalement nécessaire pour le travail sur les états de conscience extraordinaires, mais également pour la recherche. Bien que nous ayons essayé de trouver une technique plus efficace ou intéressantes pendant près de 20 ans, il s’agit toujours de la technique optimale pour notre travail.

Notre formation se déroule en deux parties. Le premier module, de 15 jours, enseigne le traitement des traumatismes à l’aide de WHH. Le second module se concentre sur les états de conscience extraordinaires. Le premier module est nécessaire. Pour plus de détails, cliquer ici pour voir la page de la formation.

Risques dans la thérapie des traumatismes

Bien que cela soit surprenant pour beaucoup de gens peu informés, il existe des risques inhérents à toute thérapie efficace. D’une manière générale, WHH présente un risque légèrement plus élevé que d’autres techniques, tout simplement parce qu’elle couvre un champ plus large.

Même une technique comme l’EFT présente des risques mineurs, tandis que l’EMDR en présente un peu plus.

Ces risques existent dans tous types de thérapie.

De quoi parlons-nous exactement ? D’une manière générale, on peut associer le travail de thérapie des traumatismes avec le risque d’ouvrir une boite de Pandore. La plupart du temps, nos traumatismes sont refoulés hors de notre conscience consciente, même si leur influence inconsciente est bien présente. Rouvrir l’accès conscient à ces émotions peut être très difficile, douloureux, voire impossible à gérer pour certaines personnes.

Une des premières conséquences est le phénomène de re-traumatisation. Dans certains cas, le traitement peut être traumatisant en lui-même, et le client sort du cabinet avec plus de problèmes qu’en y entrant. Ce cas est assez évident, dans le sens où le client se sentira clairement moins bien, même si le thérapeute minimise le problème ou lui dit que c’est normal et que ça ira mieux quelques heures plus tard.

La re-traumatisation apparaît rarement avec un thérapeute compétent et expérimenté, cependant certaines techniques ont tendance à provoquer le phénomène plus souvent. C’est notamment le cas des stimulations bilatérales. Le problème est généralement un manque de formation du thérapeute, qui adapte mal son traitement aux capacités du client.

Dans les cas plus graves, l’activation d’un traumatisme refoulé peut déclencher un problème qui était inexistant auparavant. Ceci est possible car le premier problème cachait un problème plus profond. Dans ce cas, le client doit être prévenu de cette possibilité avant le début du traitement, car il est bien sûr préférable de continuer la thérapie pour régler le second problème.

Un autre risque sous-estimé est que la thérapie puisse en fait être réellement efficace. Il n’est alors plus possible de faire revenir l’ancien problème, et le client doit s’ajuster à sa nouvelle condition, plus positive et fonctionnelle. Cela peut provoquer des problèmes d’ajustement avec ses proches, par exemple.

Un problème plus sévère est le risque d’émergence de pulsions suicidaires. Cela peut arriver même chez quelqu’un qui n’a jamais ressenti cela auparavant. Malheureusement, et même si ce problème est rare, le manque de sensibilisation à ce sujet peut être fatal. Pour cela, nous demandons à tous nos thérapeutes d’être formés en prévention du suicide pour assurer un niveau maximum de sécurité.

Ce type de risque existe également dans toute pratique psychologique ou spirituelle. En particulier, la méditation est connue pour déclencher parfois des problèmes tels que : dépression, détresse psychologique, douleurs intenses et inexpliquées qui ne partent pas avec un traitement médical, impression d’être devenu fou, etc… Ce risque est ignoré par la plupart des enseignants, qui rejettent la faute sur la personne.

Il est donc nécessaire d’être informé, et surtout, de travailler avec un thérapeute compétent dans ces domaines.