Théorie des états de conscience extraordinaires

Le 1er volume de Peak States of Consciousness par Grant McFetridge décrit notre modèle théorique pour l’existence des états de conscience extraordinaires. On l’appelle le modèle des événements de développement.

Les événements de développement

Selon cette théorie, les états et capacités hors du commun sont naturellement acquis par l’organisme au fur et à mesure de son développement. Plus précisément, des événements de développement biologiques ont lieu pour le bébé, foetus, zygote, ovule et spermatozoïde. Lorsqu’une fonction biologique est acquise, elle résulte en un état psychologique supplémentaire. L’organisme croit et devient plus complexe, permettant d’intégrer de nouvelles capacités.

Cependant, ces événements de développement sont souvent perturbés par des traumatismes. Il peut s’agir de chocs physiques, de présence de toxines, ou de dommage épigénétique hérités.

Il en résulte que, après la naissance, quand nous tentons d’entrer dans ces états, la douleur des mémoires traumatiques est activée, et nous nous éloignons donc de l’état. Tout comme un rat de laboratoire peut être éduqué à éviter certaines zones de sa cage avec des chocs électriques. Ce processus est totalement inconscient, automatique, et arrive dès la naissance. Il ne s’agit pas d’un choix conscient.

Chaque état de conscience et capacité correspond à un (ou parfois plusieurs) événement(s) précis. Si cet événement a été vécu avec peu de traumas, il est possible que l’état correspondant soit vécu de manière intermittente dans notre vie, ou lors de pratiques spirituelles ou chamaniques.

Si en revanche l’événement a été vécu avec des traumas intenses, l’état est complètement bloqué, et il est impossible d’y accéder, même avec tous les efforts conscients.

Utilisation du modèle pour acquérir un état de conscience extraordinaire

Ce modèle prévoit donc qu’il est possible d’acquérir tout état de conscience extraordinaire en guérissant les traumatismes durant l’événement de développement concerné. Cette approche fonctionne pour la plupart des gens, pour de nombreux peak states, nous rendant donc confiants dans notre modèle.

Cependant, cela demande une technique efficace pour traiter les traumatismes, y compris les traumatismes prénataux et générationnels, une cartographie des événements de développement cellulaires et pré-cellulaires, et un moyen d’accéder aux événements-cibles.

Plusieurs méthodes permettent d’atteindre ce résultat. Toutes ont leurs avantages et leurs inconvénients. Certaines travaillent de manière directe sur les traumatismes et/ou leur biologie. D’autres se concentrent sur les aspects psychologiques. Bien sûr, la plupart des système spirituels ou chamaniques incluent une méthode propre, même si celle-ci est généralement centrée sur un état unique, ou un groupe d’états aux caractéristiques communes. Notre institut met au point ses propres méthodes.

Notre modèle est une innovation majeure et diverge largement de la plupart des systèmes psychologiques inventés jusqu’ici. Il s’agit donc d’un changement de paradigme mettant en cause les anciennes croyances et axiomes.

Premièrement, notre modèle implique que ces états rares et hors du commun sont notre droit de naissance, une capacité naturelle de l’être humain. Deuxièmement, le modèle prévoit que chaque être humain peut avoir tous les états de conscience extraordinaires, et pas seulement ceux avec lesquels notre culture est à l’aise.

Traumatismes prénataux

La base de notre modèle est la découverte des traumatismes prénataux et de leur caractéristiques spécifiques. Les chocs vécus par les spermatozoïde, ovule, zygote, fœtus et bébé sont biologiquement enregistrés et sont rejoués après la naissance.

Cela induit une différence majeure entre les traumatismes de notre vie post-natale et prénatale. Les premiers sont généralement vécus comme des émotions négatives. Ils peuvent se produire dans une variété de circonstances, et majoritairement sans choc physique. Exemple : une dispute entre époux peut générer colère, peur de l’abandon, et ressentiment envers l’autre. Dans ce cas, le traumatisme est causé par l’interaction verbale, sans violence physique.

Les traumatismes prénataux, en revanche, sont toujours causés par un choc physique. Pour un organisme pré-cellulaire, un impact ou une blessure sont des événements majeurs, menaçants sa survie.

Il est fascinant de vérifier que les traumatismes après la naissance ont toujours pour origine un traumatisme précédent, une pré-sensibilisation, menant vers le passé, jusqu’à un événement prénatal. Ainsi, notre état de conscience après la naissance et durant toute notre vie, incluant nos émotions, est largement conditionné par nos expériences in utero.

Acquérir un état ou le restaurer ?

Nos données collectées sur ces milliers de traitement de traumatismes et d’exploration des événements prénataux nous a amené à comprendre que les traumas bloquant les états de conscience extraordinaires ne sont activés que lors de la naissance elle-même.

Ainsi, in utero, l’organisme dispose de tous les peak states. Cependant, cette perception est ensuite bloquée par l’inconscient pour se protéger des traumatismes vécus.

Ceci induit donc un problème de terminologie. On parlait auparavant d’acquérir un état de conscience extraordinaire, car ils sont généralement absents chez la majorité des gens. Mais en réalité, il s’agit véritablement de restaurer une capacité naturelle qui a été perdue, mais existait déjà in utero.

L’organisme humain est conçu pour incorporer toutes ces expériences extraordinaires !

Par conséquent, chaque état de conscience extraordinaire est intrinsèquement sain et positif, hyperfonctionnel. Par contraste, nous définissons l’état de conscience moyen comme un état dysfonctionnel, caractérisé par l’absence de peak states.

Malheureusement, la majeure partie de l’humanité (environ 90%) vit dans cet état de conscience moyen ou pire.

Capacités extraordinaires et techniques d’induction

Une autre découverte de notre modèle explique l’existence de capacités extraordinaires et pourquoi elles sont accessibles parfois avec un entrainement spécial.

Comme les états de conscience, les capacités extraordinaires sont bloquées par des traumatismes à des événements-clé. Cependant, certaines capacités sont indépendantes d’état de conscience extraordinaire. Il est donc possible d’y accéder en régressant inconsciemment à n’importe quel moment prénatal où il n’y a pas de traumatisme.

Certaines personnes ont la capacité de régresser à volonté, c’est-à-dire d’envoyer leur conscience dans leur passé, y compris leur passé in utero. Cette capacité peut aussi s’apprendre. Il est donc possible de l’utiliser pour revenir dans le passé, lorsque nos capacités sont bien présentes. En se focalisant sur les caractéristiques de cette capacité, il est alors possible de l’induire et de l’utiliser dans le présent.

Ceci permet d’utiliser des techniques dites d’induction, qui induisent une capacité extraordinaire. On appelle généralement transe l’état de concentration nécessaire à l’utilisation d’une telle capacité, quand elle est intermittente.

En revanche lorsqu’une capacité extraordinaire est liée à un état de conscience extraordinaire, est celui-ci est restauré, la capacité est automatiquement intégrée dans le présent. Elle devient permanente et ne nécessite aucune transe.

Pour cette raison, acquérir un état de conscience extraordinaire provoque parfois une période d’ajustement difficile, car les capacités et perceptions ne peuvent plus être « éteintes ».

Ces techniques d’inductions sont particulièrement utilisées dans les traditions chamaniques, mais aussi chez les médiums, voyants, ou certains guérisseurs. Bien sûr, certains sont réellement compétents, et d’autres non.

Expériences paroxystiques

Dans les années 60, le psychologue Abraham Maslow inventa le terme « peak experience » ou expérience de pointe, ou expérience paroxystique, pour décrire les expériences extraordinaires que certains êtres humains rapportent parfois. Le terme englobe une grande variété d’expériences.

En réalité, beaucoup de gens ont vécus dans leur vie une expérience où le monde leur semblait totalement différent, plus beau, plus paisible, etc…

Ces expériences incluent également des expériences totalement mystiques, comme l’impression d’être en Unité avec le Cosmos entier, le sentiment de percevoir une Vérité qui traverse toute réalité, des expériences de communion avec Dieu, de communication avec les plantes, etc…

En appliquant le modèle des événements de développement à ces expériences, nous nous apercevons de deux choses :

  1. Beaucoup d’expériences paroxystiques sont des expériences temporaires d’un état de conscience qui pourrait être permanent. Ces expériences arrivent parce que, temporairement, les traumatismes liés à un événement de développement donné sont ignorés par l’inconscient. D’où une expérience directe de l’état en question. Cela arrive parce que les circonstances extérieures nous permettent de se sentir particulièrement en sécurité, ou parce nous sommes frappés par un sentiment de beauté intense (en contemplant un paysage magnifique par exemple), et d’autres causes. Malheureusement, les traumas sont réactivés ensuite, et l’expérience se termine.
  2. Certains événements de développement biologiques prénataux agissent comme des points d’accès à ce qui ressemble à des « réalités spirituelles » semblant être en-dehors du monde matériel. En retournant à ces événements, on se retrouve tout d’un coup dans un autre monde !
    Il existe un grand nombre de ces expériences spirituelles.

De manière générale, les expériences paroxystiques temporaires sont comme un fenêtre ouverte sur les capacités réelles de l’être humain. Elles suggèrent des états et capacités qui, selon notre modèle, peuvent être restaurés de manière permanente.

Le cerveau triunique

Une donnée majeure de notre modèle est que la conscience est continue est existe bien avant la naissance, à un niveau biologique. En régressant de plus en plus loin dans le passé, on s’aperçoit que la conscience se divise en deux au moment de la conception, entre l’ovule et le spermatozoïde. Encore plus loin, chacun se divise en plusieurs pré-organites, de petites unités biologiques ressemblant à des mini-cellules.

Chaque pré-organite incorpore une morceau de conscience. Plus précisément, il correspondent au cerveau triunique.

Il existe 7 cerveaux du côté spermatozoïde, et 7 côtés ovule. Ils sont d’abord créés en tant qu’entité séparées, chacun avec une fonction biologique et un objectif fondamentale. Ils sont la matrice fondamentale de ce qui deviendront les structures de l’organe cerveau chez le fœtus. Par exemple, le cerveau-mental a pour directive première de comprendre et analyse. Le cerveau-coeur a pour fonction fondamentale de se connecter (à la vie). Le cerveau-corps a pour directive fondamentale de survivre. Le cerveau-périné, de se reproduire, etc…

La fonction primordiale et prioritaire de manière absolue est la survie. Le cerveau-corps a la capacité de contrecarrer et inhiber les actions des autres cerveaux.

Ces pré-organites fusionnent pour former un organisme plus complexe, qui devient ensuite le spermatozoïde ou l’ovule. Ces événements de fusion sont appelés coalescence. La plupart du temps, cette coalescence est perturbée par des traumatismes épigénétiques, et il en résulte une mauvaise fusion des cerveaux.

Chez l’humain adulte, cela se traduit par l’absence de peak states et un conflit latent entre les différentes parties de soi : raison, émotionnel, et instinct, ne sont pas toujours d’accord, et provoquent des conflits internes.

Il est cependant possible de guérir les traumatismes de la coalescence, ce qui résulte en les états de fusion comme la Paix Intérieure, le Bonheur Sous-Jacent, ou la Vacuité.

Le modèle de la Cellule Primaire et la psychobiologie subcellulaire.

Une découverte fascinante étend notre modèle pour fonder une nouvelle science. Les êtres humains ont une dualité de conscience. Ils font l’expérience d’être un corps humain dans le monde matériel (conscience que nous connaissons bien) et, en même temps, l’expérience superposée d’être une cellule.

Il se trouve qu’une cellule unique dirige les autres cellules du corps humain. Cette cellule particulièrement importante, renferme toutes les structures biologiques humaines. Elle ressemble à une grande cellule souche. Elle renferme aussi l’origine de la conscience humaine ! Nous l’appelons la Cellule Primaire.

La superposition de conscience entre le corps humain et la cellule primaire est la base d’une très grande partie de l’expérience humaine, notamment l’existence même des traumatismes, des états de conscience, des expériences mystiques, etc…

Plus important encore : la structure de la Cellule Primaire est l’origine de toutes les fonctions corporelles. Si une fonction biologique est bloquée ou perturbée dans la cellule, cela provoque en cascade des problèmes dans l’organisme entier.

La conséquence est que de nombreuses maladies psychologiques et mentales ont pour origine une dysfonction dans la cellule primaire. Comme celle-ci renferme notre conscience, il est possible d’agir dessus avec des techniques psychologiques.

Ceci est le mécanisme de base des approches dites « corps-esprit » ou « psycho-corporelle ». L’analyse de la théorisation de cette relation entre psychologie, cellule primaire, fonctions biologiques et états de conscience, forme donc une nouvelle science : la psychobiologie subcellulaire.

La méthode scientifique peut donc s’appliquer aux états de conscience extraordinaire et aux expériences spirituelles et chamaniques. Le fonctionnement de base d’une science stipule qu’elle ne peut pas être en conflit avec les données du terrain (les faits) ni avec les autres science.

La psychobiologie subcellulaire est une bonne candidate à l’intégration de la psychologie, de la biologie, et de la spiritualité en une science unifiée.

Les premières applications de cette science sont des traitements efficaces pour des maladies mentales jugées incurables (voir nos projets de recherche et processus cliniques). Les applications dans le domaine de la médecine ont un potentiel tout à fait révolutionnaire.

Ce modèle explique aussi l’origine des expériences spirituelles auparavant considérées comme immatérielles (donc, pour l’Occident, irrationnelles et irréelles). Il se trouve que toute expérience spirituelle est liée à un fonctionnement biologique subcellulaire. La spiritualité n’est donc pas une illusion, mais une fonction humaine naturelle, un droit fondamental.

Traumatismes, épigénétique, et dommages cellulaires

Pour conclure, la raison majeure de l’absence de peak states chez la plupart des gens, et le lien avec les traumatismes, se trouvent dans la science émergente de l’épigénétique.

Les expériences de nos ancêtres sont transmis avec leurs gènes. Leurs traumatismes sont biologiquement enregistrés comme des dommages épigénétiques. Ces dommages perturbe ensuite le développement cellulaire, et il en résulte des structures endommagées dans la cellule primaire.

Par conséquent, l’état de conscience moyen caractérisé par l’absence de peak states et la présence de nombreux traumatismes, se transmet de générations en générations, et trouve son origine loin dans le passé de notre espèce.

Voir traumatismes générationnels et épigénétique.